Les règles de sécurité

En portage comme dans n’importe quel domaine, on trouve des règles de sécurité à connaitre et respecter pour le bon déroulement du portage et ne prendre aucun risque, ni pour soi, ni pour son bébé.

Bien évidemment, un atelier avec une monitrice certifiée est le meilleur moyen de trouver le moyen de portage qui vous convient en terme de manipulation et confort, et d’apprendre à l’utiliser correctement en toute sécurité.

Flyer de sécurité
remis à chaque atelier

Utiliser un moyen de portage adapté

Porter c’est bien, mais bien porter, c’est mieux. On va donc utiliser un moyen de portage qui sera adapté à l’âge et la morphologie de notre enfant, et à nos besoins. On prends soin de choisir un moyen de portage de qualité (exit les contrefaçons Manduca ou Ergobaby qu’on trouve sur Wish ou Aliexpress dont les teintures contiennent des métaux lourds ou matières toxiques. Pour un produit en contact direct avec la peau de bébé et proche de sa bouche, ça reste quand même très moyen…)
Si on achète un produit d’occasion, on vérifie qu’il n’y a pas de fils tirés, de fils cassés et l’état des coutures et des clips.
On évite les porte-bébés avec réducteur et booster vendus comme utilisables dès la naissance, qui vont appuyer sur les pieds de bébé et générer des tensions, et/ou fourmis dans ses pieds. De plus, si l’enfant ressent une pression sous les pieds à cause de la ceinture, il aura le réflexe de le repousser, d’essayer de prendre appui, et sa position ne sera donc plus physiologique ni optimale.

Les voies respiratoires dégagées

C’est une règle élémentaire et des plus importantes. Il faut systématiquement pouvoir voir le nez et la bouche de bébé, que son menton soit décollé de son thorax (pouvoir mettre 2 doigts entre les 2) afin que l’air circule librement sans être entravé: je prends souvent l’exemple d’une paille qu’on vient plier, l’air ne circule plus facilement, pour notre larynx, c’est pareil.
On vérifie qu’il y ait suffisamment d’espace de part et d’autre de la tête de bébé pour qu’il ne se retrouve pas enfoui sous le tissu s’il tourne sa tête et que le renouvellement d’air puisse se faire aisément.
Son visage est donc toujours découvert, sans aucun appui, et on ne met rien sur la tête de bébé, hormis un chapeau l’été ou un bonnet l’hiver 😉

Le respect de sa physiologie

Afin de favoriser le bon développement physique de l’enfant, on va veiller à respecter la position physiologique, sa posture naturelle. L’enfant sera donc bien soutenu de toute sa base (depuis le haut des fesses jusqu’au creux des genoux), le tissu allant d’un creux du genou à l’autre, le bassin doit être bien basculé afin de respecter son arrondi du dos ainsi, les genoux vont remonter et permettre un bon emboîtement du col du fémur dans sa cavité. Ainsi, son corps est tout à fait à même de se développer dans les meilleures conditions. Cela permet également de faciliter sa digestion, de limiter les coliques et le risque de plagiocéphalie.

La tête de bébé doit être dans l’alignement de sa colonne vertébrale, chez les tout-petits c’est parfois difficile, mais une séance d’ostéopathie résous généralement vite ce « problème ».
On garde également en tête qu’un bébé a un besoin de succion, ses bras ne seront donc pas isolés mais regroupés proche de son visage afin qu’il puisse se toucher ou téter ses doigts s’il le veux.

On ne porte qu’à la verticale: certains portes bébés type hamac ou l’enfant est allongé au fond sont dangereux (carrément interdits outre-atlantique): l’enfant étant enfoui, sa tête a tendance a suivre la forme du tissu et a donc se coller au thorax, limitant donc le passage de l’air correctement dans son larynx, et le tissu remontant haut ne permet pas que l’air se renouvelle parfaitement.

Prévoir une tenue appropriée

Le confort est le maître mot en portage et pour ce faire, il faut que l’enfant porté soit également à l’aise dans ses vêtements.
Parce que les petits jeans, oui, c’est mignon mais l’enfant est engoncé dedans et ne peux plier ses jambes ou s’accroupir avec. On va donc privilégier des tenues souples et qui n’entravent pas les mouvements.
En effet, les bébés ont besoin de pouvoir explorer les possibilités de leur corps et ce dès le plus jeune âge (c’est un des principe de la motricité libre également) et je trouve ça dommage que leurs vêtements puissent les freiner dans ces découvertes.

On évitera les pyjamas à pieds (sauf si grand/ 1 taille au dessus) car en position physiologique le tissu remonte naturellement quand on remonte nos jambes et « coince » et comprime les pieds de l’enfant. De plus l’enfant peut également prendre appui sur le fond du pyjama et ne plus être dans la position physiologique.
On évitera les jeans et autres matières rigides qui limitent les mouvements et viennent se regrouper sous le creux des genoux. C’est surtout désagréable pour bébé, et vous vous en rendrez vite compte au prochain change en observant toutes les marques de plis au dessous de ses genoux.
On évitera de porter son bébé avec une combinaison type doudoune qui va prendre de la place autour de bébé, la position réellement physiologique sera impossible à avoir. Quand on voit qu’un bébé n’arrive déjà quasiment pas à plier les bras en combi, on imagine facilement la difficulté à bien positionner ses jambes…

On rappelle aussi qu’une couche de tissu équivaut à une couche de vêtement, donc en fonction de votre moyen de portage et de la saison, il faudra veiller à couvrir ou découvrir votre bébé avant installation.

Un article sur le portage et les saisons est en cours d’écriture 😉

Rester constamment attentif et prudent

Parce que oui, le portage est pratique et qu’on devient vite moins vigilant lorsqu’on a ses deux bras libres.
On va donc vérifier régulièrement si les voies respiratoires sont bien dégagées, si bébé n’a pas trop chaud, trop froid, on va veiller à l’hydrater régulièrement en lui proposant de l’eau ou le sein à volonté (open ni-bar!).

Un porte bébé ne remplacera pas un siège homologué. On ne porte donc pas en vélo, ni en voiture, ni en trottinette, ni en overboard, ni en skate, ni avec ce que vous voulez… On reste à pied!

On va adapter ses activités:
On va éviter les secousses et risques de chute, pas de sport ni de course à pied, au mieux une marche rapide, avec un enfant qui a un tonus musculaire suffisant; on ne va pas l’été nager en portant bébé, ni l’hiver, faire du ski, même si ça peut nous sembler logique, chaque année, on en voit encore.
Pour cuisiner par exemple, on ne peut pas porter en ventral et ouvrir son four, ou verser des pâtes dans l’eau bouillante. On privilégiera un portage dos afin de servir de bouclier à son enfant sans pour autant restreindre sa visibilité.

Et enfin, même si on porte très haut et très proche de nous, notre centre de gravité sera forcément déplacé et on sera plus à même de perdre l’équilibre, on fait donc plus attention à nos déplacements.
On fera attention à notre nouveau gabarit: la grossesse nous aura préparé à ce gabarit, on sera donc prudent, mais aussi plus tard, quand l’enfant va grandir, que son écart de hanche va s’ouvrir et que ses jambes passeront autour de nous: on fait donc attention par exemple aux encadrements de portes, c’est un peu comme les pieds de lit, ça attire toujours les orteils 😅

Un fois qu’on a en tête ces règles de sécurité, il n’y a plus qu’à se faire plaisir, et porter, encore et encore😊

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Vous recherchiez quelque chose?